Cercle de lecture

 

Nous ouvrons notre rubrique "Club de lecture", habituellement alimentée par les chroniques du club de la librairie, à toutes celles et à tous ceux qui souhaitent parler de leurs lectures, écrire sur un roman, un essai... et qui voudraient partager leur enthousiasme avec d'autres.

 

desdiablesetdessaints "Des diables et des saints"Jean-Baptiste Andrea L’iconoclaste.  Joseph, subitement et accidentellement orphelin de père, de mère et de sœur se retrouve dans un orphelinat catholique des Pays Basques où l’on y croise des diables et des saints. Dans une atmosphère étouffante d’un orphelinat aux méthodes d’un autre temps, des jeunes garçons vont tenter de se reconstruire au gré des coups de bâtons, des humiliations, des interdits, des sentiments filiaux depuis longtemps disparus, de l’absence...de tout. Ils vont dès lors découvrir l’amitié et la solidarité, la ruse et les non-dits. Joseph va traverser toute cette période de sa vie accroché aux notes de musique sorties de son piano qui le font vivre depuis toujours: Beethoven, Schubert, Bach et puis grâce à Rose, ce professeur de piano, à peine plus âgée que lui, vêtue de Dior. C’est à Rose que Joseph fera ses premières déclarations. Celle qu’il trouve belle comme “Do mineur”, la tonalité de Beethoven. Le besoin de quitter cet enfer pour VIVRE s’impose et c’est l'échappée digne de “Papillon” qui va permettre à Joseph et ses “comparses” de retrouver une dignité. Ce sera alors la liberté avec laquelle va se nouer l’errance des voyageurs à quai, à terre, en mer. A l’appui du piano Joseph va jouer et rejouer dans toutes les gares, les aéroports, les quais, les mêmes mélodies de Bach et de Beethoven qui feront revenir, peut-être, un jour Rose sur sa route car, à coup sûr, elle le reconnaîtra, à la première note. CC avril 2021

 

combatsetmetamorphosesdunefemme "Combats et métamorphoses d’une femme" Edouard Louis, édition Seuil. Il y a des lectures, rares, qui font l’effet d’une bombe avec tous les retentissements qui s’en suivent. Le dernier livre d’Edouard Louis est de ceux-là. On le commence à 20H00 et on s’y accroche jusqu’à la dernière page. Tout y est : le talent de l’écrivain, la douleur, la violence, la famille, la pauvreté, l’amour, la puissance de s’en sortir. On est frappé d’une page à l’autre par tous ces sentiments. On croit à l’amour, comme cette mère bafouée, frappée, humiliée et puis finalement victorieuse, comme Albertine, larguée, dépressive, prête à séduire même au prix des coups, comme l’arrière grand-père “noble” qui choisira l’amour de la poissonnière au lieu de celui du rang. La violence, à toutes les pages, sous toutes les formes. L’incidieuse, la familiale, l’homophobe, la sociale, la conjugale, la maternelle et la filiale. La liberté, qui avec LA Rencontre permet d’exister ENFIN pour redonner vie, pour donner une autre vie à un fils si doué et à une mère courage et au lecteur qui reprend enfin son souffle pour tenter de trouver le sommeil après avoir tourné la dernière page. CC avril 2021

 vivreavecnosmorts"Vivre avec les morts" De Delphine Hrvilleur - éd Grasset Comme il est passionnant de rentrer dans l’intimité de la vie d’un Rabbin qui plus est une femme exceptionnelle qui cotoie les vivants et les morts dans son quotidien de femme et de Rabbin. On découvre l’accompagnement des endeuillés solitaires des enfants de la Shoah, des vedettes et des invisibles, les rites juifs des obsèques. On y apprend qu'en hébreu génération se dit “dor” qui signifie littéralement “l’action de tisser des paniers”. On comprend dès lors qu’un panier qui se construit de bas en haut produit à chaque nouvelle rangée une génération qui s’accroche à celle qui lui a donnée naissance, s’ancre en elle, pour constituer à son tour le support solide de la rangée suivante. Avec la Shoah, tous ces deuils ont produit des “détricotages” qui se sont raccroché comme ils pouvaient aux fils arrachés, pour laisser à la corbeille un semblant de forme. Lire Delphine Horvilleur c’est également toucher du bout des mots l’indicible amitié avec les “filles de Birkenau”: Simone et Marceline, la sérieuse, la porte parole des femmes de sa génération et celles des rangées de panier suivantes et la rebelle, celle qui dira toute sa vie qu’elle a l’âge de son traumatisme 15 ans. Avec vivre avec les morts, on se souvient que lorsque l’on perd un parent on devient orphelin, lorsque l’on perd un conjoint, on devient veuf mais lorsque l’on perd un enfant, il n’y a pas de mot sauf en hébreu où l’on parle de “sakoul”: la branche de la vigne dont on a vendangé le fruit. C’est avec toute cette poésie et cette finesse d’esprit que l’on s’imprègne, en lisant ce livre si original, de la délicatesse qui caractérise Delphine Horvilleur. On la remercie alors infiniment de nous l’avoir délivrée dans toute son intimité. CC - Mai 2021

leparfumlesfleurslanuit "Le parfum des fleurs la nuit" Leïla Slimani - éd Stock. Avec son style incisif et sa clairvoyance prétrie de suspiscions sur notre humanité, Leïla Slimani a bien voulu se prêter à ce « jeu » littéraire, unique en son genre, proposé par sa maison d'édition : passer une nuit seule dans un musée. On choisira pour elle. Venise. La Punta della Dogana.C'est alors une plongée angoissante et des plus intimes que Leïla Slimani nous fait vivre avec une tension digne des meilleurs polars. On valse avec elle au milieu des œuvres et des questionnements sous-jacents des artistes blessés qui tentent éternellement de soigner leurs cicatrices en rendant vivant, pour l'éternité, leurs réalisations.L'expérience est réussie. Le lecteur ressort chaviré et conquis par cette sortie littéraire inédite et l'écrivaine très certainement changée si l'on retient ce qu'elle en conclut : «  j'ai pu penser que l'écriture me procurerait une identité stable, qu'elle me permettrait en tout cas de m'inventer, de me définir hors du regard des autres. Mais j'ai compris que ce fantasme était une illusion ». CC 

 

leconsentementpoche   lafamiliagrande

Vanessa SPRINGORA, «  Le consentement » édition Livre de poche, janvier 2021

Camille KOUCHNER, «  La familia grande », édition Seuil, janvier 2021

Lorsque l'on choisit l'écriture comme arme pour se guérir du non-dit, de l'impensable et de la culpabilité, on empreinte sûrement le chemin de Vanessa Springora et de Camille Kouchner. A travers le LIVRE, l'hydre et « G » sont définitivement condamnés au-delà de toute prescription à leur peine capitale : celle d'y rester éternellement enfermés dorénavant pour avoir osé, en toute impunité, violer les corps purs, les âmes intègres, la confiance en l'Autre.

Ces deux témoignages, remarquablement narrés, marquent probablement définitivement le droit de dénoncer, en dehors du corpus judiciaire, l'atteinte au corps la plus violente. Cette prise de conscience du lecteur ne peut maintenant que nous faire admettre que le simple fait d'être mineur doit dispenser notre droit de toute recherche d'un consentement. CC janvier 2021

 

voyageusedelanuit « La voyageuse de nuit » de Laure Adler - Edition GrassetAvec sa plume toujours aussi incisive, Laure Adler mène une enquête à travers les sentiers sociologiques, historiques et littéraires de l'idée que l'on peut se faire de la vieillesse. De toute évidence, en témoignant également de l'ensemble de ses propres questionnements sur son passage dans l'âge non « politiquement correct », Laure Adler met en exergue l'intensité de l'existence à vivre « Vieux » avec un optimisme objectif que son mentor, Simone de Beauvoir, ne s'est peut-être pas autorisé il y a 50 ans. A travers ce livre aux sources et références extrêmement fournies, l'auteur nous invite à faire évoluer notre vécu du grand âge présent ou à venir avec un regard qui évolue sans cesse sur notre capacité à bien vieillir. A lire à tout âge ! CC - Novembre 2020.

 

impossible« Impossible » - Érri De Luca n- éd Gallimard. La trahison n’était pas dans le même camp ! Le jeune magistrat formé aux lois de la justice, engage son interrogatoire sur « une impossible coïncidence » face au suspect, ancien militant révolutionnaire qui lors d’une ascension dans les Dolomites et une rencontre fortuite, aurait pu faire basculer dans le vide cet homme qui 40 ans plus tôt livra ses compagnons militants pour sauver sa peau ! Dans ce huis clos de question-réponse Erri de Luca, par l’aisance de son style simple et fluide, crée une touchante intimité avec le lecteur, partage son humanité, ses réflexions philosophiques et métaphysiques, et ses questionnements sur l’engagement politique, la fraternité (loi impossible) et la fragilité humaine. Lecture fascinante et engagements réconfortants « Permettez-moi de vous citer un vers de Phèdre de Racine : Ma vengeance est perdue, S'il ignore en mourant que c'est moi qui le tue. » (page 45). ML - Novembre 2020.

 

crenombaudelaire « Crénom, Baudelaire ! » - Jean Teulé -éd Mialet Barrault. Jean Teulé se place, avec l’humour exacerbé que nous lui connaissons et un langage chantourné, en chroniqueur au rayon petites vertus et grand désagréments, d’un Baudelaire merveilleux poète fourvoyé en spécialiste du « Mal ». Le télescopage entre ces deux esprits se foudroie en un faire valoir de poèmes à la sensibilité extrême du mal transcendé, devenu fleurs. Les discours, imaginaires, entre Baudelaire et son inconditionnel éditeur sont savoureux de naïveté de part et d’autre. Le style narratif et romanesque de Jean Teulé recrée, dans une folie contextuelle, en volume et intensité, la vie dépravée du poète qui sombra dans les souffrances profondes du corps et de l’esprit, et instille au lecteur une émouvante compassion pour Baudelaire qui, malgré une fin des plus désastreuses, enfermé dans un sidérant « crénon » laisse à la postérité une œuvre magistrale d’une cruelle beauté. ML - Novembre 2020.

 

jesuisleportraitdedoramaar "Je suis le carnet de Dora Maar" de Brigitte Benkemoun éd Stock. Dresser le portrait d’une artiste à partir de la place qu’occupent ses amis dans sa vie : telle est l’idée de départ de Brigitte Benkemoun, auteure du livre Je suis le carnet de Dora Maar, publié chez Stock. Un jour, elle récupère par hasard le répertoire de Dora Maar daté de 1951 et se lance dans une enquête qui va durer deux ans. Dans ce carnet figurent les noms des plus grands artistes du XXème siècle, photographes, peintres ou poètes. Parmi eux : Aragon, Brassaï, Cocteau, Eluard, Giacometti. Et bien sûr Picasso, avec lequel elle entretient une relation de 1936 à 1943 et qui la peint « en femme qui pleure ». Franchement, elle a des raisons de pleurer. Aujourd’hui, on qualifierait de « pervers narcissique » le comportement de Picasso à son égard. Chaque nom décrypté donne lieu à un portrait croisé et permet de mieux appréhender cette période si riche sur le plan artistique. Brigitte Benkemoun en profite aussi pour décrire la façon dont chacun traverse la 2ème guerre mondiale. Eluard, par exemple entre dans la résistance tandis que Cocteau « se laisse aller à quelques envolées délirantes à la gloire d’Hitler ». Dora Maar fait partie de ceux qui « se contentent de vivre, à la fois sans compromission et sans rien faire ». Photographe professionnelle, puis peintre, très belle, borderline, devenue mystique après sa rupture avec Picasso, Dora Maar est un personnage pas toujours très sympathique, mais fascinant. Le Livre de Brigitte Benkemoun, lui, est passionnant de bout en bout. MD

scenariodanfranck"Scénario" Dan Franck éd GrassetComment écrire le scénario d’une série télévisée ? Choisir une histoire à raconter ? Planter un décor ? Déterminer les personnages récurrents ? Les lieux où ils vivent, leurs caractères, leurs noms … C’est à un voyage au sein du processus d’écriture que nous invite Dan Franck dans son livre publié chez Gallimard, intitulé tout simplement « Scénario ». Et franchement, pour ceux qui aiment écrire, c’est un régal. Pour le prix d’un seul livre, ce sont deux histoires qui sont ici racontées, celle qui se crée peu à peu sous nos yeux et celle que vit l’écrivain scénariste pour lui donner forme. L’auteur s’efforce de rendre crédibles tous les détails, peaufine les dialogues et vit littéralement avec ses personnages pendant 7 mois. Puis vient le temps du réalisateur et de la dépossession. Et c’est toute la différence entre un écrivain qui est un artiste libre et un scénariste, qui est un artisan travaillant pour d’autres. Dans une série ou un film, l’artiste, ce n’est pas le scénariste, mais le réalisateur. Martine D.

leservicescompetents"Les services compétents" Iegor Gran - éd POL. Sélectionné sur le site de la librairie, Les services compétents d’Iegor Gran, publié chez Pol, est un livre plein d’humour qui fera voyager le lecteur confiné dans l’espace et dans le temps. Il s’agit en effet d’un récit qui se déroule dans l’ex-URSS, pays où l’auteur, français, a vu le jour il y a 55 ans. Dans les années 60, Nikita Khrouchtchev dirige le pays après la mort de Staline. C’est le « dégel », mais les services compétents, c’est à dire le KGB, contrôlent toujours étroitement la population. Leur mission : agir comme le « système immunitaire de la patrie » pour « éliminer les virus », n’importe quel citoyen parfaitement sain pouvant devenir « pathogène ». A travers la traque d’Abram Tertz, pseudonyme de l’écrivain dissident Andrei Siniavski qui est en réalité son père, Igor Gran dépeint un monde ubuesque. On y rencontre un lieutenant zélé, une flopée d’indics plus ou moins fiables, des jeunes avides de Pepsi cola et de jazz et des intellectuels souvent résignés. On assiste aux funérailles de Boris Pasternak, auteur du Docteur Jivago, livre interdit ces années-là. On (re)découvre les appartements communautaires, le marché noir, les queues devant les magasins « en déficit chronique » et surtout le fonctionnement des services pas toujours très compétents. Le ton est léger, les situations cocasses, mais la réalité plus tragique. Arrêté en septembre 1965, Andreï Siniavski est condamné à 7 ans de camp pour avoir publié des ouvrages  à caractère « antisoviétique ». Il est libéré en 1971 après 5 ans et 9 mois d’emprisonnement et invité à quitter le pays. Lorsqu’il se réfugie en France avec sa famille, son fils Igor Gran a 10 ans. Martine D. 

undeuxtrois"Un deux trois" Dror Mishani - éd Gallimard Série noire. Dror Mishani est un écrivain israélien connu pour avoir publié plusieurs polars avec un héros récurrent, l’inspecteur de police Avraham Avraham. Son dernier livre, paru dans la collection série noire de Gallimard, n’a plus rien à voir avec cette série qui l’a fait connaître. Dans « Une, deux, trois, », il ne s’agit plus pour lui de décrire les enquêtes d’un homme, mais de dresser le portrait de trois femmes, Orna, Emilia et Ella, dans la société israélienne d’aujourd’hui. Très attachée à son fils de 9 ans, décrit comme différent, Orna souffre de son divorce et cherche sur les réseaux sociaux à rompre sa solitude. Emilia, la deuxième est étrangère. Elle a été recrutée en Lettonie par une agence spécialisée et travaille en Israël comme auxiliaire de vie auprès de personnes âgées. Très isolée, elle cherche à donner un sens à sa vie auprès d’un prêtre polonais et accepte quelques heures de travail supplémentaire chez le fils de son ancien employeur. Ella, enfin, prépare une thèse et travaille tous les matins dans un café où elle fait la connaissance d’un homme qui la drague alors qu’elle est mariée avec 3 enfants. C’est dans cette troisième histoire, au dénouement inattendu, qu’on découvre ce qui relie ces trois femmes. Dror Mishani a du être lui aussi une femme dans une autre vie tant il décrit ces personnages avec justesse et empathie. Son nouveau polar se lit d’une traite et fait voyager. Pas si mal dans cette période de confinement. Martine D.

 jardindete "Jardin d'été" Hélène Veyssier - éd Arléa. En Provence, un soir de fête dans une villa,  Anne s'enfuit  avec un homme,abandonnant son mari et son fils de 5 ans, Jean. C'est brutal, violent, choquant pour tous ceux qui y sont mêlés. Jean est le narrateur principal, mais ce roman est un  roman choral,   d'autres voix interviennent. Elles  témoignent, à tour de rôle, dans des chapitres courts et  petit à petit l'histoire se dessine. Pas de jugement moral, juste le manque. Juliette C.

 lesapresmididhiver"Mes après-midi d’hiver"  Anna Zerbib - éd Gallimard.  Dans ce premier roman, Anna Zerbib raconte les après-midi d’hiver qui abritent son secret, son amoureux canadien Noah qu’elle cache à Samuel le compagnon français qui l’a suivie à Montréal. Ses pérégrinations erratiques au cœur de l’hiver montréalais la mènent de l’un à l’autre, du Plateau à Outremont, du Marché Jean Talon au Mont Royal, de la rue Saint-Denis au Saint Laurent. Ses descriptions de l’ambiance hivernale : la neige, le gel, le blizzard, les trottoirs glissants, la patinoire, les averses de pluie verglaçante «Les arbres en gelant, paraissaient sculptés en verre, la ville était fragile, près de se briser. » Son récit est émaillé d’expressions et de coutumes québécoises : la tuque, l’eau régulière au restaurant, les bottes d’hiver, les énormes manteaux qui prennent une place entière à la table du café. Mais Montréal, l’hiver canadien, Noah vont-ils l’aider à faire le deuil enfoui de sa mère, longtemps malade et récemment décédée, née dans le Nord, morte dans le Sud dont elle retrouve l’image au travers de ses déménagements successifs et de sa vie entre ses deux amoureux «Mon deuil était déjà une double vie, je voyais quelqu’un en secret . Un très beau texte sensible et vibrant d’émotion, à l’écriture rapide parfois heurtée, en plans-séquences, à coup sûr une auteure à suivre. Catherine G.

 laseptiemecroix "La Septième Croix" Anna Seghers - éd Métailié. Allemagne, 1930. Sept prisonniers du camp de Westhofen en Rhénanie où sont détenus les opposants au régime nazi, se sont évadés. Six d’entre eux seront rapidement repris, seul Georg Heisler reste introuvable. Le roman est le récit choral de sa cavale d’une semaine, traqué par la Gestapo, à travers les villes (Hoechst et Mayence), le long du Main et dans la campagne rhénane que l’auteure décrit magnifiquement en quelques pages d’une poésie saisissante. L’auteure décrit ainsi la cathédrale de Mayence où Georg trouve un soir refuge « La pénombre était si profonde que les couleurs des vitraux s’estompèrent. Elle était parvenue au stade où les murs s’écartent, les voûtes s’élèvent, les piliers s’alignent à perte de vue… ». Mais ce roman raconte surtout le sentiment d’étouffement généré par le régime du IIIème Reich où chacun surveille chacun, craint son voisin, son frère, son fils. Anna Seghers explore les conditions d’une vie digne en situation extrême, opposant la lâcheté aux attitudes héroïques, aux gestes salvateurs, hardis, désintéressés. Dans ce roman dense rédigé en France entre 1937 et 1939 où elle était exilée depuis 1930 pour ses opinions politiques, Anna Seghers nous livre non seulement un document essentiel sur le quotidien du peuple allemand à l’époque nazie et sur l’inexorable emprise du régime sur tous les citoyens ; mais aussi une analyse implacable des relations humaines sous les régimes totalitaires. A lire absolument. Catherine G. 

 

Prochainement

afficheparisquatorzefait

"Paris 14, Territoire de cinéma" organise son 4ème festival, du 1er au 13 octobre 2021.

L'association "Paris 14, Territoire de cinéma" réunit les cinq cinéclubs et cinémas de quartier du quatorzième arrondissement. Elle propose, pour la quatrième édition de son festival d'automne, une sélection de films autour de la thématique "Quand le cinéma imagine demain". Le programme est à votre disposition à la librairie, n'hésitez pas à nous le demander ou à consulter https://www.paris14cinema.fr/le-cinema-imagine-demain-2021

Lire la suite...

Connexion